[scald=67395:sdl_editor_representation]BRUXELLES (Reuters) - La pollution de l'air en Europe représente plus de 100 milliards d'euros de dommages sur la santé et l'environnement, constate un rapport de l'Agence européenne pour l'Environnement (AEE) paru jeudi.

Les coûts ont été évalués entre 200 et 300 euros par citoyen, selon l'étude qui couvre les 27 pays de l'Union européenne ainsi que la Norvège et la Suisse.

En 2009, les émissions polluantes des 10.000 plus grandes usines et installations électriques d'Europe ont eu un impact sur l'environnement et la santé qui a été évalué entre 102 et 169 milliards d'euros.

"Cette analyse révèle l'impact significatif des centrales électriques à énergie fossile et les coûts très élevés qu'elles engendrent sur la santé et l'environnement, rendant urgent le développement d'énergies plus propres", a déclaré la directrice exécutive de l'Agence, Jacqueline McGlade.

Selon l'étude, la plus grosse source de coûts correspond au secteur de la production électrique, avec 66 à 112 milliards d'euros.

Par ailleurs, seules 622 installations (6% de l'ensemble) représentent 75% des coûts totaux du fait de l'émission de polluants atmosphériques tels que les métaux lourds, le dioxyde de soufre, le dioxyde de carbone (CO2) et les oxydes d'azote.

Pour résoudre la question, l'UE envisage de revoir sa législation sur la qualité de l'air en 2013, mais elle s'attend à une forte résistance de certains Etats membres.

L'Allemagne, la France, l'Italie, la Pologne et le Royaume-Uni, qui possèdent le plus grand nombre d'usines et centrales électriques, sont les plus gros générateurs de coûts.

La Bulgarie, la République tchèque, l'Estonie, la Pologne et le Royaume-Uni, sont également responsables d'une part importante des émissions.

Christopher Le Coq, Hélène Duvigneau pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.