Lundi matin, les locaux de France Bleu Isère, radio locale du groupe Radio France, ont été ravagés par un incendie. Les équipes n'ont pas pu prendre l'antenne. La piste criminelle ne fait aucun doute.

Les locaux de France Bleu Isère ont été ravagés par les flammes, ce lundi matin.
Les locaux de France Bleu Isère ont été ravagés par les flammes, ce lundi matin. © Radio France / Laurent Gallien

C'est la consternation. Lundi matin, les locaux de France Bleu Isère, la radio locale de Radio France dans le département, basée à Grenoble, ont été ravagés par les flammes. "La piste criminelle ne fait aucun doute" expique Léopold Strajnic, rédacteur en chef de la station, sur France Inter. "La porte d'entrée de la radio a été fracturée ; les pompiers ont confirmé deux départs de feu simultanés dans le bâtiment".  Fort heureusement, personne n'a été blessé : les pompiers sont intervenus autour de 2h30 du matin, alors que les premiers salariés arrivent aux alentours de 3 heures. 

Alors que la police effectuait les premières constatations au lever du jour, les salariés découvraient l'ampleur des dégâts : "France Bleu Isère n'a plus de studios ni de bureaux. Le matériel informatique a littéralement fondu, tout est noir de suie et tout ce qui nous permet de faire de la radio a été endommagé" poursuit Léopold Strajnic. 

France Bleu Pays de Savoie a pris le relais

En attendant une reprise de l'antenne, les auditeurs de France Bleu Isère entendent depuis lundi matin les programmes de France Bleu Pays de Savoie. La radio voisine, basée à Chambéry, a pris le relais pour éviter une antenne blanche. "Ils font une large place à cet événement dans leurs programmes. Nos auditeurs nous témoignent d'ailleurs, à travers eux, leur sympathie" souligne le rédacteur en chef de la radio iséroise. 

La seule satisfaction ce matin, dans cette épreuve, c'est que nous n'avons jamais coupé complètement le lien avec nos auditeurs.

Une configuration d'émission en "studio extérieur" pourrait d'ailleurs permettre aux équipes de France Bleu Isère de continuer à travailler mais, selon Léopold Strajnic, "cela prendra beaucoup de temps avant que l'on puisse émettre de nouveau dans nos studios de l'avenue Félix-Viallet à Grenoble". 

"Pas de menaces"

Pour l'instant, les forces de l'ordre comme l'équipe de la radio ne trouvent pas d'explications à cet incendie criminel. "Nous n'avons pas reçu de menaces, d'aucune manière que ce soit. Il est beaucoup trop tôt pour formuler des hypothèses", tient à préciser le rédacteur en chef, qui indique toutefois que les relations avec le mouvement des "gilets jaunes", localement, sont plutôt "saines". 

Invité de franceinfo, Guy Lagache, directeur des antennes de Radio France, a estimé qu'il fallait être "extrêmement prudent et ne pas faire une relation de cause à effet entre d'un côté un contexte de violences très fortes à l'égard des journalistes et ce qui s'est passé cette nuit à France Bleu Isère", a-t-il toutefois souligné. "C'est de l'incompréhension parce que les journalistes, la radio, n'avaient subi aucune menace particulière, notamment dans la crise qu'on a vécue", a-t-il ajouté. "Un média de service public a été attaqué cette nuit, un média qui est attaché à la liberté d'expression et à l'information", a-t-il regretté. "Il 

Nombreuses réactions 

Depuis très tôt, lundi matin, les réactions se font nombreuses. Le directeur de France Bleu, Jean-Emmanuel Casalta, apporte "tout son soutien et celui de Radio France à l'ensemble des équipes de France Bleu Isère." Il se rendra dans les locaux de la station dans la journée.

Laurence Bloch, directrice de France Inter, Vincent Giret, directeur de franceinfo, ont envoyé des messages de soutien tout comme de nombreux confrères journalistes, animateurs, techniciens. De nombreux responsables politiques comme le maire de Grenoble, Eric Piolle, ont aussi rapidement apporté leur soutien aux équipes de la station.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.