Dans le Val d'Oise, s'il n'y a pas de suppressions de postes en primaire grâce aux mesures d'urgence annoncées par Vincent Peillon, il y a en revanche 162 postes en moins dans le secondaire alors que les effectifs sont en hausse. Du coup des profs se retrouvent nommés parfois très loin de chez eux.Olivier Boy

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.