L'enveloppe consacrée à l'aide alimentaire aux plus démunis est budgétée à 3,5 milliards d'euros en 2007-2013, contre 2,5 milliards d'euros pour la période 2014-2020. Selon le ministre déléguéà l'Agroalimentaire, Guillaume Garrot :

En France, ce sera compensé à l'euro près, je parle d'une compensation par l'Etat évidemment, mais si des acteurs économiques sont prêts à faire un geste de solidarité, bien évidemment, ils seront les bienvenus. La solidarité ne diminuera pas dans notre pays.

La réduction de cette enveloppe inquiète en France quatre associations (Banques Alimentaires, Croix-Rouge, Restaurants du Coeur et Secours populaire français) qui se sont battues pourl'éviter et se disent "déçues et préoccupées". Dans un communiqué commun, elles ont déclaré :

A partir de 2014, en France, près de la moitié des 130 millions de repas pourraient ne plus être distribués. Les associations se trouveront donc devant un choix inhumain : donner moins, à qui et sur quels critères .

Les explications de Géraldine Hallot

la demande pour les restos du coeur en hausse de 12%
la demande pour les restos du coeur en hausse de 12% © reuters

L'aide alimentaire de l'UE à la France a atteint 72 millions d'euros en 2011, soit environ 130 millions de repas distribués par ces quatre associations agréées pour recevoir l'aide européenne. Cela représente un tiers des denrées alimentaires distribuées chaque année en France.

Dix-huit millions d'Européens se nourrissent chaque année grâce au Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD).

Se disant "scandalisé", Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), a annoncé vendredi la création d'une structure pour compenser la baisse de l'aide alimentaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.