[scald=69313:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Trop d'amour use la pierre. Ce constat a amené la famille et les admirateurs d'Oscar Wilde à protéger la sculpture ornant la tombe du dandy irlandais au cimetière parisien du Père-Lachaise.

Le monument rénové a été inauguré mercredi, jour anniversaire de la mort de l'auteur du "Portrait de Dorian Gray", lors d'une cérémonie en présence de son petit-fils Merlin Holland et du ministre irlandais des Arts, Dinny McGinley.

Rouge à lèvres et graffitis ont abîmé au fil des ans la statue de pierre signée Jacob Epstein représentant un ange en vol érigée en 1914 sur la tombe de Wilde, l'une des plus visitées du cimetière de l'Est parisien où reposent aussi, parmi maintes autres célébrités, Edith Piaf et Jim Morrison.

Après plusieurs mois de rénovation financée avec le concours du gouvernement irlandais, des autorités du Père-Lachaise et des Monuments historiques français, la tombe de pierre a retrouvé son aspect initial. Un panneau de verre la protège désormais à mi-hauteur des effusions de ses admirateurs, qui sont allés jusqu'à émasculer l'ange sculpté dans les années 1960.

"C'est un jour très émouvant pour moi", a déclaré Merlin Holland à Reuters TV. "C'est la fin d'années de tourments à réfléchir à la manière d'honorer la mémoire d'Oscar Wilde. C'est une joie de savoir que l'Irlande m'a aidé à prendre soin de lui".

Né à Dublin en 1854, Oscar Wilde est mort à Paris le 30 novembre 1900, à l'âge de 46 ans. Condamné en Angleterre pour homosexualité, ruiné par différents procès, l'auteur s'exila à Paris trois ans avant sa mort.

D'abord enterré à Bagneux (Hauts-de-Seine), son corps a été transféré au Père-Lachaise quand son ami et légataire Robert Ross a pu lui offrir une concession. La tombe est aujourd'hui inscrite sur la liste des Monuments historiques français.

"Il adorait la France, qui était le pays de la créativité au XIXe siècle. Je crois qu'il aurait été heureux d'être enterré en France, d'ailleurs il détestait l'Angleterre à la fin de sa vie", a déclaré à Reuters TV l'acteur anglais Rupert Everett, qui a interprété à plusieurs reprises des oeuvres d'Oscar Wilde.

L'univers d'Oscar Wilde est à l'honneur jusqu'au 15 janvier 2012 au musée d'Orsay à Paris dans une exposition intitulée "Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde".

Elizabeth Pineau, avec Pauline Mével, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.