ali larayedh, membre de l'aile dure d'ennahda, chargé de former le gouvernement tunisien
ali larayedh, membre de l'aile dure d'ennahda, chargé de former le gouvernement tunisien © reuters

Est-ce la fin prochaine de la longue crise politique en Tunisie ? Il y a en tout cas ce soir un nouveau gouvernement. L'islamiste Ali Larayed, ministre de l'intérieur sortant et appelé à devenir chef du gouvernement, a présenté sa liste au président Marzouki. Il est constitué pour l'essentiel de représentants des partis de l'alliance sortante, élargie à des "indépendants".

Ali Larayed, dirigera une coalition formée d'Ennahda, avec deux petites formations, Ettakatol (centre gauche) et le Congrès pour la République (CPR, laïque) du chef de l'Etat, le président Moncef Marzouki.

Il s'agit de la même configuration politique que celle du précédent gouvernement dirigé par Hamadi Jebali, qui a démissionné après l'assassinat, le 6 février à Tunis, de l'opposant laïque de gauche, Chokri Belaïd.

Seule concession, Ennhada a cédé certains ministères "régaliens" aux indépendants.

Sur son compte Twitter, Ennahda a souligné que ses membres ne représentaient plus que 28% du nouveau cabinet (40% dans le précédent), alors que les indépendants détiennent désormais 48% des portefeuilles.

A Tunis, Thibault Cavaillès.

Le cabinet doit désormais obtenir la confiance des députés dans les trois prochains jours.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.