Le budget de l'UE
Le budget de l'UE © Radio France

Si les Vingt-Sept ont préservé l'essentiel des politiques traditionnelles (politique agricole commune et cohésion), ils ont revu à la baisse leurs ambitions initiales concernant les dépenses dites d'avenir (amélioration de la compétitivité, recherche, innovation, réseaux de communication, etc...)

Le président du Conseil européen, qui a rallié leur adhésion à une enveloppe de 960 milliards d'euros de crédits d'engagement en baisse de 3,4% par rapport à 2007-2013, a admis que ce n'était pas le "budget parfait pour tout le monde".

La France juge avoir limité les dégâts concernant la Politique agricole commune (PAC), qui était dans le collimateur de nombre de ses partenaires, en premier lieu le Royaume-Uni, qui a mené ces derniers mois une bataille acharnée pour obtenir le maximum de coupes budgétaires.

Le Premier ministre britannique David Cameron a été félicité par les eurosceptiques du Parti conservateur après l'accord sur le budget 2014-2020 de l'Union européenne conclu vendredi, qui,sous son impulsion, ressort pour la première fois en baisse.

Bertrand Gallicher : "Cameron se sent pousser des ailes"

"Cameron wins"

accord sur le projet du budget européen
accord sur le projet du budget européen © reuters

Le Premier ministre britannique David Cameron a été félicité par les eurosceptiques du Parti conservateur après l'accord sur le budget 2014-2020 de l'Union européenne conclu vendredi, qui, sous son impulsion, ressort pour la première fois en baisse.

Ses partisans ont parlé d'une "victoire historique", comparant le chef du gouvernement conservateur à son prédécesseur des années 80 Margaret Thatcher. La "Dame de fer" avait arraché des concessions de taille à ses pairs européens lors de sommets particulièrement animés.

Lors de la conférence de presse qu'il a donnée à Bruxelles, le Premier ministre a souligné le succès de sa méthode, qui a consisté à s'allier avec les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, et, dans une moindre mesure, avec l'Allemagne :

Ce n'est pas de l'isolement. Il s'agit en fait de la Grande-Bretagne avec ses alliés, obtenant que les choses soient faites en Europe et avec de bons résultats.

David Cameron a réussi à conserver le célèbre et controversé "rabais", obtenu de haute lutte parMargaret Thatcher en 1984. Le "rabais" sur la contribution britannique s'est élevé à 3,6 milliards d'euros en 2011.

La contribution nette du Royaume-Uni au financement de l'UE sera toutefois en hausse, compte tenu de l'arrivée de nouveaux membres. La Croatie intégrera l'Union européenne le 1er juillet.

L'aide aux plus démunis sauvée mais réduite

François Hollande s'est félicité d'avoir obtenu dans les dernières négociations vendredi que cette enveloppe passe de 2,1 à 2,5 milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Pour François Hollande, c'est "le meilleur compromis possible"

Reste que cette somme représente une baisse par rapport à la période 2007-2013 où cette aide européenne atteignait 3,5 milliards d'euros, soit 500 millions par an. La réduction de cette enveloppe intervient alors qu'en France, par exemple, les Restos du coeur, qui distribuent chaqueannée des millions de repas, ont enregistré cette année une explosion des demandes d'aide.

Cette aide européenne représente 23% des repas distribués par les Restos du Coeur et 15% de ses ressources, selon les dirigeants de cette organisation caritative. Le Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD) a été créé en 1987 pour redistribuer aux populations pauvres de l'UE d'une partie des surplus agricoles communautaires.

La disparition de ces derniers pose la question de la survie de ce programme, contesté en outre par des pays comme l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, qui estiment que ce type d'aide ne relève pas des compétences communautaires.

Les avocats de ce programme, comme la France, font valoir que le PEAD permet de répondre aux besoins alimentaires vitaux de plus de 18 millions de personnes en grande difficulté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.