LE CAIRE (Reuters) - Le secrétaire général de la Ligue arabe s'inquiète des risques d'une guerre civile en Syrie, avec des conséquences pour les pays voisins.

"Oui, je crains une guerre civile et les événements que nous observons et entendons pourraient déboucher sur une guerre civile", a déclaré Nabil Elarabi dans une interview diffusée vendredi par la chaîne de télévision égyptienne Al Hayat.

"Tout problème en Syrie aura des conséquences pour les pays voisins", a ajouté le chef de l'organisation panarabe, qui a envoyé des observateurs dans le pays pour superviser la mise en oeuvre d'un plan de sortie de crise après dix mois de répression sanglante de manifestations contre le président Bachar al Assad.

La mission s'emploie actuellement à préserver sa crédibilité alors que plusieurs de ses membres ont commencé à la quitter en dénonçant son impuissance et que l'opposition syrienne estime qu'elle permet avant tout au régime de gagner du temps.

Nabil Elarabi a qualifié de "préoccupants" les comptes rendus du chef de la mission.

Il a toutefois réfuté de récentes conclusions du sous-secrétaire des Nations unies Lynn Pasco, selon qui la répression se serait accentuée depuis l'arrivée des observateurs.

Il ne fait "aucun doute que le rythme des morts violentes a baissé grâce à la présence des observateurs", a-t-il déclaré.

La mission présentera un rapport détaillé aux ministres des Affaires étrangères de la Ligue les 19 et 20 janvier.

Ceux-ci, a précisé Nabil Elarabi, décideront si cela vaut la peine de poursuivre ou non la mission.

Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.