PARIS, 11 septembre (Reuters) - Martine Aubry a repoussé à mercredi l'annonce du choix du candidat de la direction actuelle pour lui succéder à la tête du Parti socialiste en octobre, sur fond d'ultimes tractations.

La première secrétaire veut en effet pouvoir s'entretenir dans la soirée avec le Premier Jean-Marc Ayrault, qui avait mardi un programme chargé et avec lequel elle présente une motion de "rassemblement", a précisé la direction du PS.

De source proche de l'aile gauche du PS, on souligne en outre que les négociations avec les partisans du ministre délégué à l'Economie sociale Benoît Hamon en vue d'une motion commune sont toujours en cours.

L'accord qui semble se dessiner implique en effet une modification du texte initial de la direction sortante, selon un responsable du parti.

L'heure limite du dépôt des motions a été fixée à mardi minuit.

Harlem Désir, l'actuel numéro deux du parti, s'est dit confiant mardi sur le choix final de la direction face à son unique rival au sein de la motion Aubry-Ayrault, le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis.

Le co-fondateur de SOS Racisme, qui n'avait pas les faveurs de Martine Aubry, a bénéficié dans les derniers jours du soutien appuyé de proches du président François Hollande, qui semble avoir mis son poids dans la balance.

UN TRIUMVIRAT?

Mais le report du choix de Martine Aubry accrédite également l'idée que se poursuivent des négociations de dernière minute entre les différentes sensibilités sur les équilibres au sein de la future équipe dirigeante.

Outre le Conseil national et le secrétariat national, sont en jeu des postes-clés comme ceux de trésorier ou de porte-parole alors que chaque camp défend son influence, notamment les proches du chef de l'Etat, qui ont dû renoncer à prendre les rênes du parti.

Selon l'Express.fr, des responsables du PS avancent l'idée d'un "triumvirat", Harlem Désir étant alors "encadré" par deux personnalités, le député de Seine-Maritime, Guillaume Bachelay, proche de Martine Aubry, et le député de Seine-et-Marne, Olivier Faure, ancien conseiller de Jean-Marc Ayrault.

"J'ai fait ma campagne en direction des militants", a déclaré pour sa part le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis sur i> Télé. "Harlem Désir veut donner l'impression qu'il est le candidat du gouvernement. Moi je veux être le garant de l'indépendance des militants".

Selon un sondage Ifop pour Paris Match publié lundi, Harlem Désir est plébiscité par 72% des sympathisants du PS face à Jean-Christophe Cambadélis (22%).

"Je suis candidat, je suis le numéro deux du Parti socialiste depuis quatre ans, je travaille avec Martine Aubry en confiance", a dit Harlem Désir sur France Info.

"J'ai rassemblé ces dernières semaines des soutiens de ministres, de personnalités (...) et surtout de très nombreux militants, et il y a eu ce sondage. Je prends tout cela comme un encouragement avec humilité mais aussi, c'est vrai, avec une très grande fierté."

Patrick Vignal, avec Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.