Les habitants de Normandie et de la région parisienne se sont réveillés dans le gaz ce matin... Une odeur de gaz, plus précisément, venue d'une usine de Rouen. Les autorités assurent que le gaz, du mercaptan, n'est pas toxique... Même s'il peut incommoder.

Odeur de gaz entre Rouen et Paris
Odeur de gaz entre Rouen et Paris © IDÉ

L'odeur n'est pas franchement agréable et a réveillé bon nombre de Parisiens et de Normands ce matin. Il faut dire que les émanations sont assez fortes et que le gaz en lui-même est conçu pour être odorant : il s'agit de mercaptan, utilisé pour donner son odeur au gaz de ville.

Pourtant, il n'est pas toxique. C'est ce qu'ont immédiatement précisé la préfecture de Seine-Maritime et celle d'Ile-de-France. Le ministère de l'Intérieur parle d'un incident "sans risque pour la santé". Même son de cloche du côté de l'usine d'où émane l'odeur suspecte, Lubrizol. Une usine qui fabrique des spécialités chimiques. Les responsables du site assurent d'ailleurs que tout est fait depuis quelques heures pour neutraliser le phénomène.

La société Lubrizol a annoncé tout à l'heure qu'elle avait "bon espoir que [les émanations] se terminent dans la journée".

Les émanations ont été détectées dès hier matin. Florence Gouache, directrice de cabinet de la préfecture de Rouen.

Ce matin les services de secours ont fait face à une vague d'appels. Les émanations peuvent en effet provoquer des migraines et des nausées, sans gravité. D'ailleurs selon les fiches de classification chimique en France, le mercaptan n'est toxique qu'à de très fortes doses. "Il peut y avoir quelques cas isolés d'intolérance au produit, mais on est surtout dans la réaction psychologique liée à l'odeur", expliquent les services de secours.

Ce n'est pas la première fois que le mercaptan fait parler de lui. Ces dernières années, il s'est évadé plus d'une fois pour aller chatouiller les narines des Français, voire les rendre carrément malades.

Charlotte Nithar est chargée des risques pour l'organisation "Robin des Bois".

Pour la députée européenne (et ancienne ministre de l'Environnement) Corinne Lepage, sur ces sujets "on est toujours dans une opération de communication et pas assez d'information".

Le nuage a aussi traversé la Manche

Le problème avec les gaz, toxiques ou non, c'est qu'ils ne connaissent évidemment pas les frontières. Parties dans un sens, vers la région parisienne, les émanations ont aussi fait le trajet vers le Nord-Ouest, pour aller incommoder nos voisins anglais.

Explications de notre correspondant à Londres, Franck Mathevon.

Outre les conséquences (légères, d'après les autorités) sur la santé, cette fuite de gaz aura une autre conséquence concrète : le match de Coupe de France Rouen - Marseille qui devait avoir lieu ce soir est annulé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.