Jean-Louis Trintignant est l'un des acteurs les plus populaires du cinéma français. Comédien subtil, il incarne souvent des personnages de jeune homme ambigu, mystérieux ou fragile. Le succès d’Un homme et une femme de Claude Lelouch le propulse véritablement vers le vedettariat.Il devient une figure essentielle du cinéma français, notamment chez Chabrol, Rohmer, Deville, Girod, Truffaut, Audiard... tout en continuant d’apparaître dans des productions internationales comme Le Conformiste de Bernardo Bertolucci.En près de 60 ans de carrière, il a joué dans 120 films. Coup de projecteur sur 5 d'entre eux.

Le conformiste
Le conformiste © Radio France

Le conformiste

de Bernardo Bertolucciavec Jean-Louis Trintignant, Stefania Sandrelli, Dominique Sanda et Pierre Clémenti Scénario de Bernardo Bertolucci d'après l'oeuvre de Alberto MoraviaMusique : George DelerueDate de sortie : 17 février 1971

Les interrogations et les actes d'un jeune fasciste en 1935 alors qu'il est envoyé en mission en France pour supprimer un professeur de philosophie qui lutte au sein des activités antifascistes.

Pour le tournage, Jean-Louis Trintignant sinstalle à Rome avec sa famille. "Nadine et moi, nous avions loué un appartement à Rome pour deux mois, le temps du tournage du Conformiste. Nous avions deux enfants, Marie et une petite fille qui s’appelait Pauline. Un matin, alors que je partais tourner, je suis allé embrasser Pauline dans son berceau. Elle était morte, on n’a pas su comment. […] J’ai dit à Nadine : “Soit on se suicide, soit on accepte de vivre pour Marie.” " (in Du côté d’Uzès . Entretien avec André Asséo - 2012 Éditions du Cherche midi)

Trintignant racontera avec une grande lucidité comment Bertolucci s'est servi de sa douleur et comment lui-même a dû aller au plus profond pour ne pas renoncer au tournage et tenir.

Le film est une analyse de la mentalité fasciste qui en explore la motivation sexuelle. Marcello Clerici est un Italien lâche qui passe sa vie à se conformer à ce que font les autres et qui rejoint le parti fasciste italien comme un moyen de disparaître dans la foule en en faisant partie. Bertolucci utilise l'art et le décor des années 1930 qu'il associe à la mentalité fasciste et à l'époque : les salons de la classe moyenne et les pièces gigantesques de l'élite dirigeante.

"En lisant le scénario, je n'avais pas saisi toutes les subtilités qui sont au final dans le film " se souvient Jean-Louis Trintignant "Bertolucci est un grand metteur en scène. Ce n'est pas Haneke, mais il a d'autres qualités " (In Première - octobre 2012)

Pour l'anecdote Bernardo Bertolucci avait proposé à Anouk Aimée de jouer dans Le Conformiste , mais la comédienne a décliné cette offre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.