un rapport s'alarme de la surpopulation dans les prisons
un rapport s'alarme de la surpopulation dans les prisons © reuters

Dans son rapport annuel rendu public aujourd'hui, Jean-Marie Delarue, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, s'attarde sur le sort des étrangers en situation irrégulière retenus sur le sol français.Le contrôleur, qui a visité les 25 centres de rétention administratives de France, demande un retour à une durée maximum de retenue de 32 jours.

Depuis la loi du 16 juin 2011, la durée maximum de rétention est passée à 45 jours. Hormis Roissy, le rapport pointe également l'inadaptation des zones d'attente dans les aéroports, ports et gares, où l'on retient les étrangers non-admis sur le sol français, pendant l'examen leur situation. À titre d'exemple, sur l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, les étrangers sont cantonnés dans des chambres, dont l'une, de six mètres carrés, compte quatre lits superposés.

Les EHPAD, "prisons pour vieux" ?

Deuxième point fort du rapport, qui risque de faire réagir : Jean-Marie Delarue demande que sa compétence soit étendue aux établissements qui accueilllent des personnes âgées dépendantes , les EHPAD. Ils hébergent actuellement plus de 650.000 personnes. Ces lieux sont-ils des "prisons pour vieux" ? Sans aller jusque-là, le contrôleur constate que dans ces établissements, les personnes âgées sont de fait privées de leur faculté d'aller et venir (unités fermées pour les malades d'Alzheimer...) Or certaines personnes résident des années dans ces établissements, ce qui justifie, pour le contrôleur, de pouvoir les visiter.

Parmi les autres recommandations, on retiendra :

- La place des personnes âgées et handicapées en prison. Le contrôleur demande au gouvernement l'aménagement de cellules pour les personnes à mobilité réduite, et d'élargir les conditions de suspension de peine pour raison médicale. Au 1er janvier 2012, 2.565 personnes de 60 ans et plus étaient écrouées, un chiffre en augmentation.

  • La nécessité de réaffirmer les droits des gardés à vue . Pour le contrôleur, toute personne gardée à vue devrait recevoir un document détaillant ses droits, une liste d'avocats, et une explication sur le rôle de l'avocat durant la garde à vue.

Rapport complet à retrouver sur le site du Contrôleur des lieux de privation de liberté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.