Les Pâtissières de Jean-Marie Piemme

mise en scène de Nabib El Azan

scénographie de Sophie Jacob, lumières de Philippe Lacombe, images d’Ali Cherri, costumes de Danièle Rozier

avec Chantal Deruaz, Christine Guerdon, Christine, Murillo.

Aux Déchargeurs , 3 Rue des Déchargeurs, 75001 PARIS jusqu’au 2 mars.

Investies par leur papa disparu de faire perdurer les valeurs du savoir faire et du bon goût de la pâtisserie familiale, trois sœurs, Flo, Lili et Mina, se retrouvent en maison de retraite. Et c'est de cet endroit qu'elles vont nous faire partager leurs émois, leurs nostalgies et leurs courroux dans un langage fleuri, feuilleté de métaphores croustillantes. Trois victimes de la pâtisserie industrielle, harcelées par un commissaire miniature (Sherlock riquiqui) les soupçonnant d'être à l'origine de la mystérieuse disparition du promoteur immobilier (le fienteux Mr Pintrol), qui aura raison de leur sort grâce au refus du banquier (monsieur Niet) de leur accorder le moindre crédit.

"Tous les jours, nous nous racontons comment nous l’aurions fait si nous l’avions fait et pourquoi il aurait fallu le faire bien que nous ne l’ayons pas fait." Nous révèle Flo, c'est en substance le sens et la trame des quiproquos nés de l'imagination de Jean-Marie Piemme. Son écriture est une véritable dentelle où les singulières péripéties de nos trois comparses nous amènent l'air de rien à de brûlants sujets sociétaux.

La belle mise en scène de Nabib El Azan défiant astucieusement les contraintes espace-temps du canevas de Jean-Marie Piemme, la cerise aussi grosse que le gâteau qu'est le jeu de nos trois grandes comédiennes, Chantal Deruaz, Christine Guerdon et Christine Murillo contribuent à faire de cette pièce montée avec générosité, une gourmandise qui enchantera autant nos zygomatiques que nos neurones.

Guy Flattot

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.