FINNEGANS WAKE - CHAP. 1D’erre rive en rêvière

D’après Finnegans Wake de James Joyce traduction Philippe Lavergne (Ed. gallimard 1982)

Mise en scène et lumière Antoine Caubet (Théâtre Cazaril, cie associée au Théâtre de l’Aquarium),

Au Théâtre de L'Aquarium , jusqu'au 19 février

Au théâtre il y a parfois des soirées magiques, où de notre place parmi les autres, une intimité se crée avec la scène. Tendus et attentifs, nous ne sommes pas seuls les applaudissements nous le rappellent. Dans ces moments où le théâtre et la poésie fusionnent, quelque chose en nous lâche prise. Le spectacle ne s'est pas seulement joué devant nous, mais de nous, malgré nous.

L'œuvre de James Joyce étant tombé dans le domaine public, Antoine Caubet a enfin pu nous faire partager sa passion pour Finnegans Wake. Et les mots de Joyce ont quitté la page, telles les notes de la partition. C'est en véritable virtuose que le comédien Sharif Andoura nous restitue l'harmonie et le phrasé de cette ballade irlandaise aux accents symphoniques.

Tout comme Ghérasim Luca, James Joyce met à mal la carapace du langage pour mieux nous en faire gouter la saveur de sa chair. Tous les deux avaient en commun de recommander de dire leurs textes à voix haute.

Merci à Antoine Caubet et Sharif Andoura pour nous nous avoir permis de voir et d'entendre ce qui parfois échappe à la raison, mais raisonnera encore longtemps en nous.

__ Guy Flattot

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.