Chris Marker
Chris Marker © CC / simonm1965

Il a touché à tout. Réalisateur, mais aussi écrivain, philosophe, éditeur, poète, artiste multimédia et photographe.

De son vrai nom Christian-François Bouche-Villeneuve, cet artiste a été durant toute sa carrière peu connu du public –il aimait à entretenir le mystère sur sa vie et refusait de présenter ses films – mais adulé des professionnels.

Agnès Varda parlait de lui il y a un an à Télérama

La photographie a inspiré très largement ses films. Dont l'un des plus célèbres, la jetée, un moyen métrage de science-fiction. C'est en fait une narration sur une succession d'images fixes. L'histoire d'un homme qui voyage dans le temps pour sauver l'humanité. Une sorte de photo-roman angoissant qui va inspirer plus tard l'armée des 12 singes de Terry Gilliam.

Cet artiste engagé à gauche, ancien résistant, s'intéresse à son époque à travers des documentaires au ton inédit comme "Cuba si", "Loin du Vietnam", "Le fond de l'air est rouge", "Le Joli mai", "La solitude du chanteur de fond" sur Yves Montand ou "Sans soleil".

Chris Marker a collaboré avec Costa Gavras, Akira Kurosawa et Alain Resnais, avec qui il a notamment co-signé "Les statues meurent aussi", oeuvre anticolonialiste interdite à sa sortie.

Le président du festival de Cannes Gilles Jacob a été l'un des premiers à rendre hommage à cet "esprit curieux, cinéaste infatigable, poète amoureux des chats, vidéaste, personnage secret, immense talent", dans un tweet .

Tweet Gilles Jacob
Tweet Gilles Jacob © Radio France

Pour Serge Toubiana et Costa Gavras, à la tête de la Cinémathèque, rendent hommage à son "ton inédit", qui a créé "un style et une manière inconnue de regarder le monde et d'en rendre compte, un art du montage poétique".

Chris Marker est mort dimanche à Paris. Il avait 91 ans

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.