Après la séparation du groupe, en 1970, chaque Beatle s’est lancé dans une carrière en solo - ou dans un autre groupe, comme McCartney et ses Wings ou Ringo Starr avec son All Starr Band. Pourtant, même quarante ans après, les Beatles continuent de sortir des albums. Retour sur ces sorties posthumes des Beatles.

Après la séparation du groupe, en 1970, chaque Beatle s’est lancé dans une carrière en solo - ou dans un autre groupe, comme McCartney et ses Wings  ou Ringo Starr avec son All Starr Band. Pourtant, même quarante ans après, les Beatles continuent de sortir des albums. Outre les compilations sorties à intervalles réguliers (d’abord des compilations thématiques, puis les fameux albums bleu et rouge), le filon Beatles reste très exploité par l’industrie du disque. Chansons inédites, spectacles, remixage, remasters : chaque sortie d’un « nouvel » album des Beatles a été un petit événement pour la communauté des aficionados du groupe. Jusqu'aux films tournés par le groupe, qui sortent en version restaurée ces mois-ci. Retour sur ces sorties posthumes des Beatles.

1994 - Live at the BBC

Une compilation des chansons enregistrées par les Beatles dans les studios de la BBC, entre 1962 et 1965. Ce double album compte une partie de chansons originales du groupe, dans des versions jusqu’alors inédites, mais aussi une grande partie de standards du rock. La genèse de cet album a une particularité : il a été conçu à partir d’enregistrements pirates récupérés par des fans, car la BBC affirmait n’avoir conservé les archives de deux émissions auxquelles les Beatles avaient participé.

1995 et 1996 - Anthology 1, 2 et 3

2003 - Let it be Naked

Let it be... naked
Let it be... naked © EMI

2006 - Love

the Beatles, Love
the Beatles, Love © EMI
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

2009 - L’intégrale

Ce fut l’un des événements musicaux de l’année 2009 : la sortie des albums des Beatles, remasterisés. Lors du passage au CD en 1987, la qualité sonore des enregistrements a été particulièrement contestée. Il fallait corriger le tir : ce fut l’objet d’un soigneux travail de remastering . Contrairement au remix, utilisé dans Let it be naked ou Love , qui consiste à partir des pistes séparées pour mettre en valeur tel ou tel instrument, par exemple, le remaster ne touche pas au travail du groupe. Seuls les sons parasites ont été nettoyés. Et la maison de disques a lancé non pas une intégrale, mais deux : une première, classique, contenant les albums en stéréo ; et une seconde, destinée aux plus fidèles amateurs, qui se compose des albums mono du groupe, certains contenant des versions jusqu’alors jamais publiées. Ce sont ces mêmes remasters qui ressortent, ce mois de novembre, en vinyle.

Et après ?

Actuellement, la tendance est à la restauration des films des Beatles : après la sortie de Yellow Submarine, c'est Magical Mystery Tour qui ressort en octobre 2012 dans les cinémas et en DVD. Pour la suite, à moins que les équipes d’EMI et Apple Corp. ne se lancent dans un nouveau travail de remixage à la façon de Love , il ne reste que peu d’inédits des Beatles à publier. Deux, en tout et pour tout. Mais ceux-ci sont si attendus des fans du groupe, que la rumeur de leur publication prochaine refait souvent surface. Le premier d’entre eux est Carnival of Light , une pièce expérimentale de plus de 13 minutes, composée par McCartney avec l’aide des autres membres du groupe, à l’occasion d’un happening en 1967. Jamais publié depuis, cet enregistrement serait la vraie première incursion des Beatles dans la musique concrète, plus d’un an avant le Revolution 9  de Lennon et Yoko Ono. Plus traditionnelle, la seconde chanson s’appelle Now and then  : écrite et composée par Lennon à la fin des années 70, elle devait être complétée par les trois autres membres du groupe, pendant les sessions de l’Anthology . Le travail n’a jamais été achevé… pour le moment.