Logo du Forum Social Mondial 2013
Logo du Forum Social Mondial 2013 © Radio France

Ils étaient plusieurs milliers de militants altermondialistes à défiler dans le centre de Tunis pour ouvrir le FSM 2013, 12e édition et la première dans un pays arabe. Une édition qui sera largement consacrée au rôle des femmes dans les luttes mondiales.

Pour cette marche d'ouverture du Forum social mondial, les manifestants ont défilé aux cris de "À bas la dictature, à bas le Capital", mais aussi "À bas le sionisme", "Liberté pour la Palestine" et "Solidarité avec les femmes du monde entier.

Car ce sera l'un des thèmes majeurs de ce 12ème Forum : le rôle des femmes sera au coeur de dizaines d'ateliers du FSM, autour de questions économiques et politiques mais aussi de thèmes plus sensibles dans le monde musulman comme la sexualité.

Venus d'Allemagne, des Etats-Unis, du Canada, du Japon, de France, d'Egypte, du Maroc, d'Algérie, entre autres, les participants sont aussi d'origines sociales diverses : anarchistes, écologistes, pacifistes, syndicalistes, mais aussi des Sahraouis en Djellaba traditionnelle, des femmes voilées ou des hommes à la kippa.

Camille Lafrance a suivi la manifestation pour France Inter.

La Tunisie au coeur des luttes "grâce au sacrifice du peuple"

Brandissant des portraits de Chokri Belaïd, l'opposant tunisien assassiné, les manifestants ont réclamé "la vérité" sur les commanditaires de ce crime. Car ce n'est pas un hasard si le Forum a lieu en Tunisie, une situation "impensable il y a trois ans, avant la révolution", explique Mohamed Jmour, dirigeant du parti de gauche de Chokri Belaïd. "Grâce au sacrifice de notre peuple nous l'avons réalisé".

Cette douzième édition du FSM, le premier organisé dans le monde arabe, s'achève le 30 mars.

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.