La manifestation doit rassembler 25.000 personnes de 140 pays, dont une dizaine de chefs d'Etat et plus de 80 ministres.

Tous les acteurs sont attendus: gouvernements et parlements, autorités régionales et locales, organisations internationales et ONG, banques de développement, entreprises et experts.

"Ce n'est rien moins que le futur de l'eau qui se décide à Marseille", déclare Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau, organisateur de ce forum qui se tient tous les trois ans.

La population mondiale est passée de 1,7 milliard d'individus en 1900 à plus de six en 2000. Alors que la population triplait, la consommation d'eau a été multipliée par plus de six.

Dans un rapport publié mercredi, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souligne l'urgence de réformer la gestion de l'eau pour éviter une grave détérioration des ressources.

"Faute d'une modification en profondeur des politiques, nous nous exposons à des coûts élevés sur le plan de la croissance économique, de la santé humaine et de l'environnement", prévient le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, dont la présence est annoncée mardi.

UN RISQUE POUR 4 MILLIARDS D'HUMAINS

Selon ce rapport, 3,9 milliards de personnes vivront vraisemblablement d'ici 2050 dans des bassins confrontés à un fort stress hydrique.

Plus de 240 millions de personnes demeureront sans accès à une source d'eau améliorée d'ici à 2050 et près de 1,4 milliard resteront privées d'accès à un assainissement de base.

L'augmentation des apports d'azote, de phosphore et de pesticides d'origine agricole et les rejets d'eaux usées amplifiera la pollution des eaux souterraines, des cours d'eau et des océans, ce qui aura des effets dommageables sur la santé humaine et l'environnement, poursuit le texte.

"L'eau est aujourd'hui un problème clairement politique qui nécessite donc des décisions politiques", explique Loïc Fauchon.

Le Premier ministre français, François Fillon, inaugurera le Forum lundi.

Pressenti, Nicolas Sarkozy a renoncé au déplacement, tandis que son rival pour l'élection présidentielle François Hollande, favori des sondages, est annoncé mercredi.

Des détracteurs de la manifestation, qui jugent trop commerciaux les remèdes proposés, organisent en parallèle un Forum alternatif mondial de l'eau à Marseille, aux mêmes dates.

Ses organisateurs veulent s'opposer à la libéralisation du secteur, accélérée selon eux par l'austérité, notamment en Europe. Ils prévoient plus de 2.000 participants.

Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Baptiste Vey

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.