PARIS (Reuters) - Le gouvernement français suit heure par heure la question de l'évacuation des journalistes français bloqués en Syrie, dont Edith Bouvier du Figaro, a déclaré mercredi sa porte-parole, Valérie Pécresse, tout en se refusant à donner le moindre détail sur leur situation.

"Le gouvernement est totalement mobilisé sur cette affaire et elle a été longuement évoquée en conseil des ministres", a-t-elle dit à la presse.

"Nous suivons (...) la question de l'évacuation des journalistes français de Syrie mais vous comprendrez que je ne puisse pas m'exprimer sur cette question et dévoiler les informations dont nous disposons", a encore déclaré Valérie Pécresse lors du compte rendu du conseil des ministres.

Interrogée sur les déclarations faites mardi à Montpellier par Nicolas Sarkozy, qui a semblé annoncer que la journaliste du Figaro Edith Bouvier, bloquée à Homs avec des fractures à la jambe, était saine et sauve au Liban avant de revenir sur ses propos, elle a indiqué :

"Le président de la République n'a pas donné d'information, le président de la République a réagi à une information qui lui était donnée par les journalistes qui citaient des dépêches d'agences annonçant l'arrivée d'Edith Bouvier au Liban. Il s'est félicité de la nouvelle mais la vérité est qu'il ne donnait pas l'information."

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.