20.000 personnes ont signé la pétition pour la libération de Nadir Dendoune
20.000 personnes ont signé la pétition pour la libération de Nadir Dendoune © Maxppp

Il était emprisonné depuis le 23 janvier en Irak, pour des photos non autorisées : selon Reporters Sans Frontières, Nadir Dendoune a été libéré sous caution. Son arrestation avait entraîné une vaste mobilisation en France.

Les 20.000 signataires de la pétition pour la libération de Nadir Dendoune peuvent se réjouir. Trois semaines après son arrestation, le journaliste français est libre, selon RSF.

Reporters Sans Frontières cite une source de l'ambassade de France à Bagdad. "On sait qu'il est sorti de prison dans une voiture blindée, accompagné de l'ambassadeur", assure un porte-parole de RSF.

"On doit encore savoir de combien est la caution, s'il doit rester en Irak, etc." Contacté par l'AFP, une proche de Nadir Dendoune confirme qu'il "se trouve actuellement avec l'ambassadeur de France" en Irak.

Les dernières informations de Christophe Deloire, président de RSF .

La justice irakienne reproche à Nadir Dendoune d'avoir photographié le QG des services de renseignements irakiens, mais aussi des barrages de police et de l'armée... Tout ça sans autorisation. Mais dimanche dernier, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius assurait que "pour l'instant, on ne voit pas de preuve fournie contre lui". Le 5 février, le journaliste avait comparue devant un juge d'instruction de Bagdad qui l'avait maintenu en détention.

Vaste mobilisation en France

Très rapidement, un comité de soutien s'est constitué côté français. Un comité qui a notamment lancé une pétition sur Internet (20.000 signatures) et des manifestations. "Nadir ne faisait que son métier de journaliste", assurent ses soutiens. Ils rappellent qu'il était en Irak pour faire son travail, avec un visa de presse en règle délivré par l'ambassade d'Irak à Paris. Nadir Dendoune travaillait notamment pour Le Monde Diplomatique.

Un rassemblement était jusqu'ici prévu samedi devant cette même ambassade d'Irak.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.