Le juge espagnol, seul à avoir osé enquêter sur les crimes du franquisme, est poursuivi par deux associations d'extrême droite qui l'accusent d'avoir enfreint la loi d'amnistie de 1977, qui impose un silence sur ces années noires.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.