NANTES (Reuters) - L'homme soupçonné d'avoir poignardé une adolescente de 14 ans près de Nantes faisait l'objet d'un mandat d'arrêt depuis une semaine, a déclaré mardi le parquet.

Le meurtrier présumé avait en effet découpé le bracelet électronique qu'il devait porter dans le cadre d'une fin de peine.

La victime, qui avait fugué d'un foyer où elle avait été placée, a été retrouvée lundi matin dans des toilettes publiques à Bouguenais (Loire-Atlantique). Son corps portait trace de plus de cinquante plaies dans le dos, selon les premiers éléments de l'enquête, mais pas de violences d'ordre sexuel.

Le suspect, un héroïnomane de 25 ans d'origine angolaise, avait également blessé à la gorge un piéton de 67 ans lundi après-midi dans un parc de Vertou, une autre commune de l'agglomération nantaise. Il s'était également introduit chez un octogénaire de la commune, qu'il a tenté d'étrangler.

"Non seulement il reconnaît les faits, mais je dirais même qu'il en revendique l'intention homicide", a déclaré Yves Gambert, vice-procureur de la République de Nantes, lors d'une conférence de presse. "Il indique également qu'il a choisi ses victimes au hasard."

"Il tient des propos qui sont très détachés, très froids, relativement détaillés, mais qui sont aussi par moments décousus et peu rationnels, se revêtant lui-même d'une mission divine", a ajouté le magistrat.

Les dépistages salivaires aux stupéfiants du suspect se sont avérés négatifs, a-t-il été précisé, mais il présentait une alcoolémie positive de 0,8 gramme par litre de sang.

L'homme, qui avait déjà été condamné à neuf reprises pour des délits mineurs à des peines n'excédant pas six mois de prison ferme, avait été retrouvé lundi les vêtements tachés de sang, en possession du téléphone portable de l'adolescente. Sa garde à vue a été prolongée mardi, et devrait déboucher sur sa mise en examen ce mercredi.

Guillaume Frouin, édité par Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.