Il est fixé par numerus clausus et va être revu à la hausse pour éviter une pénurie de praticiens en France dans dix ans. Mais pour Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français, augmenter c'est bien, mais cela ne suffit pas Audrey Tison

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.