Marseille
Marseille © Radio France

MARSEILLE, 28 août (Reuters) - Un enfant âgé de quatre jours, qui avait disparu dans la nuit de lundi à mardi de l'hôpital Saint-Joseph de Marseille, a été retrouvé sain et sauf et sa ravisseuse présumée a avoué être l'auteur de l'enlèvement, a annoncé le parquet de Marseille.

La jeune femme d'une vingtaine d'année a été placée en garde à vue et l'alerte enlèvement a été levée.

Le garçon prénommé Zacharias a été enlevé vers minuit dans cette maternité, une des plus importantes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur avec plus de 4.000 naissances par an.

Selon les premières investigations, le personnel de nuit a alerté la police après avoir constaté la disparition du nourrisson qui dormait dans la chambre de sa mère, qui a deux autres enfants de 6 et 8 ans.

Le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, avait estimé lors d'un point presse mardi matin que les enquêteurs privilégiaient la piste d'une "femme en mal d'enfant"

D'après les premiers témoignages recueillis par les enquêteurs, la ravisseuse se serait présentée lundi entre 21 et 22 heures au personnel soignant en prétextant être enceinte et avoir besoin de soins. Comme elle ne présentait aucun signe apparent de grossesse, elle a été raccompagnée vers la sortie de l'établissement.

Un autre témoignage, corroboré par une caméra de surveillance, la montre sortant de la maternité vers minuit avec dans les bras ce qui pourrait être un enfant enveloppé dans une couverture rose.

Les enquêteurs disposaient également de plusieurs témoignages faisant état du comportement suspect d'une femme à l'hôpital Conception, un autre établissement de la ville, lundi en fin d'après-midi.

Se présentant comme élève infirmière, cette dernière a fait le tour de plusieurs chambres de la maternité pour proposer à celles qui venaient d'accoucher de garder leur enfant pour la nuit.

"La femme de la Conception et celle de Saint-Joseph présentent le même signalement avec une même tâche caractéristique sur la joue droite", avait dit le directeur adjoint de la police judiciaire de Marseille, Christian Sivy.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.