Le souverain Pontife a choisi de dénoncer le consumérisme et la précarité et a plaidé pour une économie solidaire, qui privilégie "l'homme" et non le profit

Anaïs Feuga est à Madrid

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.