Sundar Pichai à Sciences-Po
Sundar Pichai à Sciences-Po © Thibault Lefèvre / Thibault Lefèvre

Les impôts, la protection des données, l'enquête de la Commission européenne... Pour sa première conférence en Europe, Sundar Pichai a préféré parler d'innovation, d'investissement et de technologies.

Le fisc français réclame 1,6 milliards d'euros d'arriérés d'impôt à Google. Pour sa première conférence en Europe, le patron du géant américain du numérique espérait sans doute un meilleur accueil.Sundar Pichai était l'invité mercredi après-midi de Sciences-Po. Une conférence très orchestrée...

Thibault Lefèvre a assisté à l'événement

27 millions d'euros pour 128 projets médias innovants en Europe

Ce sont des subventions octroyées parun nouveau fonds de Google annoncé en octobre, "Digital News Initiative", doté de 150 millions d'euros . Ce fonds finance des projets numériques innovants dans la presse européenne.

Les fonds sont allés surtout à des projets allemands (4,9 millions), espagnols (2,5 millions), britanniques (2,8 millions), français (2,3 millions) et belges (2,3 millions).

Des articles chargés quatre fois plus vite sur mobile

La patron de Google a annoncé le lancement mondial du format "AMP" (pour "Accelerated Mobile Pages"), une technologie qui permet un affichage des articles dans Google quatre fois plus vite sur téléphone portable et en utilisant dix fois moins de données.

Google riposte ainsi à Facebook, qui lance un système baptisé "Instant Articles" pour attirer les éditeurs. "Instant Articles", qui promet un affichage des articles quasi instantané, est déjà testé par plus de 350 médias dans le monde.

Par ailleurs,il a annoncé la mise à disposition gratuite d'un outil baptisé "Project Shield" , qui protège les sites d'informations des attaques par déni de service (attaques DDoS).

Google solidaire d'Apple

Google est fermement opposé à la création de "portes dérobées" , nom donné à des logiciels permettant l'accès aux informations cryptées des utilisateurs, confirmant son soutien à Apple dans son bras de fer avec le FBI. Apple se retrouve au coeur d'une bataille juridique après qu'une juge américaine a exigé qu'il aide la police fédérale (FBI) à accéder au contenu crypté de l'iPhone d'un des auteurs radicalisés de la fusillade de San Bernardino, qui avait fait 14 morts début décembre en Californie.

L'intégralité des annonces de Sundar Pichai (en anglais)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.