le père de la famille recluse incarcéré en loire-atlantique
le père de la famille recluse incarcéré en loire-atlantique © reuters
NANTES (Reuters) - Le père de la famille qui vivait recluse depuis au moins un an dans son appartement de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a été mis en examen vendredi pour "privations de soins et d'aliments par ascendants sur mineurs de 15 ans" et placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet. L'homme, âgé de 51 ans, son épouse de 47 ans et quatre de leurs cinq enfants avaient été retrouvés samedi par les pompiers dans leur logement social rongé par l'humidité et les moisissures. Les pompiers avaient initialement été alertés pour un malaise. "Le confinement familial et l'absence de prise en charge appropriée des enfants, tant au plan de l'éducation que de l'hygiène de vie ne sont, au terme de leurs auditions, pas critiqués par les parents, qui réfutent toute remise en cause de leurs choix", a indiqué vendredi soir le procureur de la République de Saint-Nazaire. "Un premier examen psychologique du père relève une personnalité psychorigide et un vécu persécutif", ajoute Florence Lecoq dans un communiqué. Les deux enfants mineurs du couple n'ont pu être entendus "en raison de leur déficience mentale", comme cela était initialement prévu. L'enquête a établi qu'ils avaient été retirés en 2005 par leurs parents de l'institut médico-éducatif où ils étaient scolarisés, pour recevoir jusqu'en 2009 des cours à domicile. Les premières investigations ne permettent pas de conclure à l'existence d'éléments constitutifs du délit de séquestration, avait indiqué jeudi le parquet de Saint-Nazaire. Aucune violence ou maltraitance n'a également été signalée par les trois enfants majeurs, âgés de 19 à 25 ans. Les parents avaient justifié leur isolement "par la crainte du monde extérieur, ressenti comme intrusif, hostile et agressif", avait indiqué le procureur. Ils avaient déjà été condamnés par défaut en 2008 pour des faits similaires, décision non définitive à ce jour. Guillaume Frouin, édité par Danielle Rouquié
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.