Gabriel Mandiouba : __

Le plus grand cimetière, c’est le bateau

Jusqu’ici les autorités sénégalaises ont toujours refusé l’édification d’un véritable mémorial en mémoire des victimes du Joola, qui devait normalement être édifié sur la « place du souvenir » à Dakar.

Gabriel Mandiouba a perdu son épouse dans le naufrage. Avec l’aide de l’Eglise, il a mis en place un monument (une croix barré d’un croissant de lune, symbolisant la religion catholique et l’islam) sur le cimetière Saint-Lazare de Dakar, en mémoire des victimes, à côté de plaques transparentes indiquant le nom des victimes. Il nous montre un album de photos des victimes du Joola, avec à ses côtés Alain Verschatse, le président de l’association des familles de victimes françaises du Joola (AFV).

Gabriel Mandiouba

Dans le cimetière de M’Bao :

Si la mer se déchaine...

Ecoutez la réaction de Nadine Verschatse dans le cimetière de M’Bao, à une quinzaine de kilomètres de Dakar, à l’occasion des cérémonies du septième anniversaire du naufrage. « Nous sommes en errance » , dit-elle face à 139 tombes blanches, sans noms.

Nadine Verschatse

Ecoutez quelques mots de l’abbé Théodore Mendy, suivi d’un chant évoquant le Joola (à 53’’) :« Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort, si la barque t’entraîne n’ait pas peur de la mort… »

Le maire de Dakar :

Il faut faire justice aux populations

Signe que le dossier du Joola commence à entraîner une adhésion politique de plus en pus grande, pour la première fois cette année, plusieurs élus sénégalais ont participé aux commémorations du naufrage, comme le maire de Pikine ou le nouveau maire (socialiste) de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, présent lors d’un dépôt de gerbes de fleurs à la place du souvenir de Dakar, face à l’Océan Atlantique.

Ecoutez l’intervention publique du nouveau maire de Dakar : « Ce jour est un jour de mémoire, de souvenir, mais aussi d’interpellation… »

Khalifa Ababacar Sall

A notre micro, le maire de Dakar dénonce « l’inertie des autorités » sénégalaises dans ce dossier et souhaite faire du 26 septembre « un jour contre l’oubli » en soutenant la demande des familles d’ériger « un monument du souvenir ».

Khalifa Ababacar Sall, le maire de Dakar

Au cimetière Saint-Lazare : « C’est vous qui êtes à la base de ce naufrage ! »

Autre évènement notable, au cimetière catholique Saint-Lazare de Dakar, pour la première fois deux ministres (ceux de la santé et de la communication) ont fait le déplacement représentant le président Wade aux cérémonies. Mais sur le fond, aucune inflexion du pouvoir sénégalais dans le dossier.

Ecoutez les quelques phrases du ministre de la Santé, Marie-Thérèse Coumba Diop, à notre micro avant de s’engouffrer dans sa voiture. « Si des fautes avaient été commises seraient-elles sanctionnées ? » « Normalement, oui. » , répond, hésitante, la ministre.

Marie-Thérèse Coumba Diop

A la tribune, « l’architecte-conseil » du président Wade et homme d’affaire, Pierre Atépa Goudiaby, président du Collectif des cadres casamançais, s’est même permis de donner quelques « conseils » aux familles de victimes : se regrouper en une seule association et ériger une stèle du souvenir... ailleurs que dans le centre de Dakar !

Fervent soutien du président Wade, Pierre Atépa Goudiaby fut notamment un proche du maréchal Mobutu, symbole de la Françafrique, qui dirigea d’une main de fer la République démocratique du Congo de 1965 à 1997.

Pierre Atépa Goudiapby demande aux familles de ne pas montrer« un spectacle d’une association désunie ».

Dans la foule, une casamançaise, dont la famille fait partie des victimes du Joola, crie sa colère et invective Pierre Atépa Goudiapy qu’elle considère, en tant que président du Collectif des cadres casamançais, comme ayant une responsabilité dans la catastrophe annoncée du Joola. « C’est vous qui êtes à la base de ce naufrage ! » , lui dit elle. (elle intervient en français à 28’’).

Ecoutez cette femme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.