Depuis plusieurs jours, Stéphane Gatignon, maire de Sevran en Seine-Saint-Denis, fait une grève de la faim devant l'Assemblée nationale pour obtenir plus de moyens pour sa commune. Cette fois, c’est le président du conseil général de ce même departement, le socialiste Stéphane Troussel, qui menace de présenter un budget en désequilibre si le gouvernement n’agit pas. Et ce courrier rique de mettre le feu aux poudres. Dans cette lettre ouverte, adressée au Premier ministre Jean Marc Ayrault, le président socialiste du département de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, reproche au gouvernement d’avoir repoussé des mesures pour aider les collectivités en difficulté. Mais il va encore plus loin: il affirme que le budget 2013 de son departement est toujours dans l’impasse. Si rien n’est fait, il présentera un budget en desequilibre et l’Etat, selon lui, en assumera donc les consequences. Il y a deux ans et demi, quasiment pour les mêmes raisons, la Seine-Saint-Denis alors présidée par Claude Bartolone l’actuel president de l’Assemblée nationale avait fait voté un budget en deséquilibre, ce qui est interdit par la loi.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2012/11/0dfd9513-2ef4-11e2-a7b7-782bcb76618d/640_lettre-ouverte-de-s.jpg" alt="Lettre ouverte de Stéphane Troussel à Jean-Marc Ayrault" width="578" height="818" />
Lettre ouverte de Stéphane Troussel à Jean-Marc Ayrault © Radio France / Stéphane Troussel
A Matignon, pas de réaction car on prétend n’avoir rien reçu. Mais une source parlementaire confirme que ce courrier est bien arrivé sur le bureau de Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre qui pourrait en recevoir d’autres de ce genre car la Seine-Saint-Denis n’est pas le seul departement en grande difficulté. Juste derrière il y a la Corrèze, présidée jusqu’il y a peu par François Hollande. Pour les mêmes raison, le maire de Sevran observe une grève de la faim depuis sept jours, devant l'Assemblée nationale. Stéphane Gatignon réclame 5 millions d'euros pour sa ville qu'il dit au bord de la faillite. Mais la ville a déjà été épinglée par la chambre régionale des comptes dans un rapport de février dernier. Le détail avec Sébastien Sabiron

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.