jacques chirac
jacques chirac © Radio France / Eric Pouhier, Wikimedia

Le procès des emplois fictifs de la mairie de Paris démarrera donc lundi, vraissemblablement sans son principal prévenu.Tandis que l'ancien chef de l'Etat a fait savoir qu'il n'était pas en mesure de suivre les audiences pour raisons médicales, l'avocat d'un des autres prévenus, Rémy Chardon (ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris), va demander au tribunal d'annuler toute la procédure pour cause de "dépassement du délai raisonnable de jugement".Maître Jean-Yves Le Borgne, qui avait déjà obtenu un premier renvoi de ce procès en déposant une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) en mars dernier, va cette fois tenter de faire annuler le procès au motif qu'il survient beaucoup trop longtemps après la dénonciation des faits.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.