Pour la première fois, le tribunal correctionnel de Paris s'intéresse aux "faux souvenirs induits". Deux thérapeutes comparaissent pour abus de faiblesse. Ils auraient abusé de patients convaincus d'avoir subi une fausse agression sexuelle.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.