Dominique Lebras , procureur de la République de Nevers au moment de la mort de Pierre Bérégovoy. Il est actuellement Procureur général près la Cour d’appel de Caen. Il a insisté pour que l’autopsie de Pierre Bérégovoy ait lieu, pour éviter toute contestation.

Dominique Lebras

Document « France Inter » : le verbatim des notes du Procureur de la République, après l’autopsie de Pierre Bérégovoy à l’Institut médico-légal de Paris, le 2 mai 1993

- L’orifice d’entrée [NDR : de la balle] est situé dans la région frontale temporale droite.

Cet orifice étoilé présente une brûlure de son bord inférieur : sur 5,5 cm de long sur 2,5 cm de large.

Il présente un décollement du plan musculaire sous jacent.

__

- L’orifice de sortie est en région frontale gauche.

Il est étoilé et mesure 3 x 2 cm.

__

- Il existe un orifice d’entrée osseux avec une auréole noirâtre au pourtour mesurant 0,9 x 1,3 cm.

Il est biaisé en dedans.

__

- L’orifice de sortie osseux externe : 2,5 x 2 cm, biaisé à l’extérieur.

__

- L’orifice de sortie interne avec de multiples fractures du vertex [NDR : le vertex est le point le plus élevé de la voûte du crâne] au pourtour dans 2 orifices.

__

- Le projectile a entraîné une dilacération cérébrale [NDR : se dit d’une lésion profonde déchirant massivement le tissus cérébral] à prédominance frontale droite et une hémorragie cérébrale importante.

__

- La trajectoire est donc de droite à gauche, légèrement de bas en haut.

__

- Pas de projectile dans le corps, ni intracrânien.

__

- Le tir est à bout touchant.

__

- L’aspect d’ensemble est celui observé dans les tirs à bout touchant.

__

- Pas d’autre lésion violente.

__

- Pas de lésion de défense

__

- Pas d’autre lésion viscérale

Dans les coulisses de l’enquête sur la mort de Pierre Bérégovoy

Lieutenant-colonel Michel Lucas , ancien gendarme responsable de la section de recherche de Bourges. Il a dirigé l’enquête sur la mort de Pierre Bérégovoy. Il est aujourd’hui médiateur au Tribunal de grande instance de Saint-Brieuc. Il revient sur les détails de ses deux mois d’enquête, sous l’autorité du juge d’instruction Philippe Vannier.

Lieutenant-colonel Michel Lucas

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.