C’est dans l’ombre de l’influent et richissime marchand d’armes saoudien Adnan Kashoggi (impliqué notamment dans le scandale de l’Irangate) que El-Assir fait ses débuts comme intermédiaire.

J'ai vécu en Arabie Saoudite de 1978 à 1984. J’habitais à Riyad. J’avais épousé une des sœurs de Adnan Khashoggi. J’ai pris la responsabilité des affaires de mon beau-frère. Nous avons fondé en commun une société de services. Je me souviens avoir obtenu d’importants succès commerciaux. Entre autres exemples, nous avons décroché un contrat avec la société électronique Thomson pour des systèmes de contrôle aérien au Soudan et en Egypte.

Dès 1968, Adnan Khashoggi avait réussi à introduire les sociétés d’armement françaises auprès des dirigeants de l’Arabie Saoudite. Cette relation a perduré jusqu’à l’époque où je suis devenu responsable de ses affaires via sa société Triad. J’ai ainsi participé à quelques négociations pour des préfinancements pour divers contrats.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.