l’a350 prend son envol
l’a350 prend son envol © reuters

Le salon aéronautique du Bourget débute aujourd'hui. Le Premier ministre Jean-Mac Ayrault l'a inauguré aujourd'hui.

Alors qu'Airbus a réalisé le premier vol de l'A350 la semaine dernière, Boeing va lancer cette semaine au salon du Bourget la version allongée de son modèle 787 Dreamliner avec jusqu'à 100 commandes d'un montant global un peu inférieur à 30 milliards de dollars (22,5 milliards d'euros).

Sophie Bécherel était sur place à l'ouverture des portes

Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a réaffirmé lundi la priorité donnée par le gouvernement au secteur aéronautique malgré la crise, lors de l'inauguration du 50e Salon international de Paris-Le Bourget.

au bourget, jean-marc ayrault donne la priorité à l'aéronautique européen
au bourget, jean-marc ayrault donne la priorité à l'aéronautique européen © reuters

Accompagné des ministres de la Défense, des Transports et de la Recherche, le chef du gouvernement a arpenté pendant plus de quatre heures les allées de l'immense salon organisé tous les deux ans, que le président François Hollande visitera vendredi.

Jean-Marc Ayrault y a insisté sur le lien entre lutte contre le chômage et aéronautique, premier poste des exportations françaises.

Le Premier ministre a déclaré:

C'est l'histoire d'une industrie qui marche, qui crée des emplois et qui a besoin de salariés. Parfois il est difficile de trouver suffisamment de salariés pour occuper tous les emplois. Dans l'aéronautique aujourd'hui, on a besoin de main d'oeuvre.

Jean-Marc Ayrault a assisté à une parade aérienne comprenant notamment le vol d'avions de chasse Rafale, que Dassault cherche toujours à exporter, et d'A380, le gros porteur d'Airbus.

Il a réaffirmé son soutien à la coopération européenne en la matière, notamment dans la recherche.

"La France est très attachée au schéma industriel européen qui a donné naissance à EADS. Et malgré les contraintes budgétaires que vous connaissez (...) la France entend rester un partenaire de premier plan de l'industrie aéronautique, pour les programmes en cours et à venir comme les démonstrateurs de recherche", a-t-il dit. "Il est essentiel que tous les partenaires d'EADS fassent de même."

Frédéric Cuvillier, ministre des Transports, est allé dans le même sens, quelques mois après l'échec du rapprochement entre EADS et le britannique Bae Systems.

"S'il y a une envie de travailler ensemble, il faut donner toutes les capacités pour pouvoir le faire. C'est sur les projets industriels et de recherche que les choses doivent se construire", a-t-il dit à Reuters.

Jean-Marc Ayrault s'est réjoui pour sa part du lancement fin 2012 de nouveaux programmes européens dans le domaine spatial, pour une montant de 10 milliards d'euros. Il a aussi salué le 55e lancement réussi de la fusée européenne Ariane, il y a quelques jours.

"Le maintien à un niveau élevé de nos investissements consacrés à la recherche nous permettra de maintenir notre avance technologique. Je pense au domaine spatial, crucial pour notre autonomie, je pense aussi au domaine des drones", a dit le Premier ministre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.