Le premier projet de loi avait été abrogé par le conseil constitutionnel la veille de la présidentielle, le harcèlement sexuel avait donc disparu du code pénal et le gouvernement s'était alors engagé à plancher sur la question pour rétablir le délit. Corinne Audouin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.