Ce site se proposait de ficher les violences policières. Aujourd'hui Claude Guéant demande une nouvelle fois à la justice d'interdire l'accès à 14 pages du site.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.