théâtre, opéra, musique baroque

4 Février à 20h, 5 Février à 15h30, 6 Février à 20h, Salle Oleg Efremov en portugais surtitré en français, durée 2h30 et un entracte de 30 mn

Le songe d'une nuit d'été
Le songe d'une nuit d'été © Alípio Padilha

C’est un spectacle sur le pouvoir , et sur le bonheur (argument constant des régimes totalitaires). Abdiquer la démocratie au nom du bonheur, oui le bonheur ne rend pas toujours intelligent.

Un plateau télé où s’affairent une soixantaine d’artistes, acteurs, danseurs, chanteurs, des équipes de tournage, un ensemble de musique baroque, au milieu d’une étrange cérémonie de remise des Oscars où se succèdent, en intermèdes, les scènes de la Fairy Queen de Purcell et du Songe de Shakespeare. Juste avant l’entracte, une dizaine d’installations d’artistes portugais et espagnols à la place de la pub. Dans la petite salle attenante, la « green room », les « nominés aux Oscars » attendent. Une jeune compagnie factice « The end of Irony » se charge du volet « nouveauté / radicalité » indispensable à un bon programme consensuel.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.