L'apprentissage plus valorisée en Suisse qu'en France
L'apprentissage plus valorisée en Suisse qu'en France © IP3 PRESS/MAXPPP

A compter du 22 avril, ce nouveau dispositif permettra aux employeurs de bénéficier d'une aide pour l'embauche de jeunes décrocheurs et non qualifiés de moins de 30 ans.

Le contrat "starter" est presenté ce vendredi matin par le ministre du travail, François Rebsamen, dans une agence de Pôle Emploi à Montreuil en Seine St Denis. Il s'adresse aux jeunes décrocheurs et non qualifiés de moins de 30 ans et prévoit une aide de 45% pour les employeurs . Les candidats seront sélectionnés en liaison avec Pôle emploi, les missions locales ou les Cap emploi pour leur motivation et leur sérieux. Ils seront embauchés en CDI ou en CDD de plus de 6 mois, avec une aide financière pendant 6 à 24 mois. L'objectif est de 13.000 contrats en 2015.

Une future fondation pour "l'apprentissage"

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a appelé les grandes entreprises à se mobiliser en faveur de l'alternance, dans une lettre adressée à une centaine de chefs d'entreprises. L'AFP en a obtenu une copie : "Le ministère et Face (Fondation agir contre l'exclusion, ndlr) vous proposent de créer, ensemble, la première fondation inter entreprises dédiée à l'innovation sociale en faveur de l'alternance". Le courrier a été envoyé le 16 mars à "une sélection d'un peu plus de 100 grandes entreprises connues pour leur implication dans l'apprentissage", a indiqué à l'AFP le ministère, qui a déjà reçu une "cinquantaine de retours". La future fondation, qui sera lancée "le 29 avril", sera baptisée "Innovations pour les Apprentissages". Elle aura pour mission de développer l'apprentissage, mais également les autres formes d'alternance (professionnalisation, formation des demandeurs d'emploi...). Le gouvernement, qui vise 500.000 apprentis en 2017, mise sur ce dispositif réservé aux jeunes pour favoriser leur insertion professionnelle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.