Il y a sans doute davantage de cas que les statistiques le laissent penser car certains décès, considérés comme accidentels, s'assimilent à une forme de suicide, estime le le psychiatre Boris Cyrulnik dans un rapport remis aujourd'hui au gouvernement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.