Le tireur a finalement été abattu par le chef de la sécurité du Parlement
Le tireur a finalement été abattu par le chef de la sécurité du Parlement © MaxPPP

L’homme qui a tué hier un soldat et semé la panique dans le Parlement d'Ottawa était considéré comme "voyageur à haut risque" par les services de renseignement canadiens et s’était récemment fait retirer son passeport. Il a été abattu par la police.

Identifié comme Michael Zehaf-Bibeau, ce Canadien de 32 ans a déclenché un vent de panique dans la capitale fédérale, la police craignant pendant quelques heures qu'il y ait d'autres tireurs dans le bâtiment.

Proche des thèses jihadistes

Considéré comme un "voyageur à haut risque " par les services de renseignement, il s'était fait récemment confisquer son passeport. Tout comme l'homme qui a volontairement tué lundi avec sa voiture un militaire dans la banlieue de Montréal. Martin Rouleau-Couture, un jeune homme converti à l'islam et proche des thèses du jihad, faisait partie des 90 Canadiens soupçonnés de vouloir fomenter des attentats dans le pays. Les autorités évoquent un "loup solitaire".

"Un loup solitaire" : les précisions de Frédéric Carbonne :

Né en 1982, Michael Zehaf-Bibeau était le fils d’un homme d’affaires qui aurait combattu en Libye en 2011, et d’une adjointe du service canadien de l’Immigration. Il aurait également passé sept ans en Libye.

Pas d’autre tireur

Alors qu’une troisième fusillade avait initialement été évoquée dans un centre commercial de la ville, le chef de la police assure qu’il n’y avait qu’un seul tireur et "que ce tireur était mort ". Le Canada participe avec six avions de chasse à la coalition constituée par les Etats-Unis pour lutter contre les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et en Syrie.

Le Canada ne se laissera pas intimider par les extrémistes

Réagissant en fin de soirée à cette attaque, qui n'a pas été revendiquée pour le moment, le Premier ministre canadien Stephen Harper a assuré que le Canada ne se laisserait pas "intimider " par les extrémistes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.