François Hollande
François Hollande © REUTERS/Fred Dufour

C'est une information du Monde, Jean-Jacques Augier, homme d'affaires et trésorier de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, confirme avoir investi dans le paradis fiscal des Caïmans.

Selon des extraits de l'article paru sur lemonde.fr, des documents montrent que Jean-Jacques Augier est actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans par le biais de son holding financier Eurane.

Jean-Jacques Augier le reconnaît et il indique qu'il n'y a là rien d'illégal.

Les explications de Jean-Jacques Augier interrogé par Marie-Eve Malouines

Jean-Jacques Augier est une personnalité originale. Enarque de la désormais célèbre promotion Voltaire (comme Dominique de Villepin, Ségolène Royal, Michel Sapin et surtout François Hollande), polytechnicien, il est aussi un grand amateur d'art.

Son portrait par Dominique André

Lors d'une conférence de presse à Rabat jeudi soir, François Hollande a assuré qu'il ne connaissait "rien" des "activités privées" de son directeur de campagne Jean-Jacques Augier, "Si elles ne sont pas conformes à la loi fiscale, je demande que l'administration" s'en empare et qu'elle fasse "les rectifications si nécessaire", a déclaré le Président qui a assuré qu'il ira "jusqu'au bout" pour moraliser la vie politique.

François Hollande

Le Monde a fondé son enquête sur la base des fichiers du consortium d'investigation américain ICIJ

Invité du journal de Claire Servajean, Serge Michel, journaliste au Monde, explique qu’un disque dur a été anonymement envoyé il y a plus d’un an à un journaliste australien. Il contenait des centaines de documents.

Ce journaliste a lui-même transmis les données à au « consortium d’investigation » ICIJ à Washington qui les a traités et classés par pays car ils concernent le monde entier.

Le Monde –qui a une relation privilégiée avec ce consortium qui travaille avec 36 médias étrangers– a été récipiendaire d’une liste de 130 noms français. Dont celui de Jean-Jacques Augier.

Serge Michel

Pour Pascal Saint-Amand, le directeur du centre de politique et d'administration fiscale de l'OCDE, l'Organisation de Coopération et de Développement Economique, il y a deux volets dans "l'off shore", un volet "fraude", et un volet "optimisation fiscale"

Pascal Saint-Amand

> L'enquête a permis d'établir qu'une société dénommée International Bookstores Limited a été constituée en 2005 par plusieurs actionnaires, dont M. Augier, dans ce paradis fiscal des Caraïbes sous souveraineté britannique. > M. Augier confirme les faits, mais affirme n'avoir "ni compte bancaire personnel ouvert aux Caïmans ni investissement personnel direct dans ce territoire". "J'ai investi dans cette société par l'intermédiaire de la filiale d'Eurane en Chine, Capital Concorde Limited, un holding qui gère toutes mes affaires chinoises, précise ce proche du chef de l'Etat. L'investissement dans International Bookstores apparaît au bilan de cette filiale. Rien n'est illégal." > La loi est claire : selon l'article 209-B du code général des impôts, si une société française détient une entité juridique dans un pays doté d'un régime fiscal privilégié, directement ou par une filiale, et que cette entité n'a pas d'activité économique réelle mais porte des actifs dits _"passifs"_ (des dividendes, des prêts, etc.), alors elle est imposable en France. Et ce, au prorata de son investissement offshore. M. Augier ne semble pas se placer dans ce cas de figure. Il affirme d'ailleurs que ses opérations sont légales et déclarées. > Mais comment le vérifier s'agissant d'entités qui ne publient pas leurs comptes ? De plus, M. Augier ne s'est-il pas mis en risque dans une société dont il ne peut se retirer ? La seconde question est évidemment d'ordre éthique. Même si ces opérations sont légales, fallait-il qu'un inspecteur des finances, membre de l'un des grands corps de l'Etat, et porteur des valeurs de la République, participe à de tels montages, cautionnant ainsi l'opacité financière des territoires offshore ?
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.