La reine de la pop a décroché sept trophées, dans la nuit de dimanche à lundi, pour ses clips engagés lors de la cérémonie amércaine des meilleurs clips musicaux.

Beyoncé Knowles, dimanche soir lors des MTV Video Music Awards, à New-York
Beyoncé Knowles, dimanche soir lors des MTV Video Music Awards, à New-York © AFP / Jewel Samad

Dans la nuit de dimanche à lundi, Beyoncé a prouvé (encore une fois) qu'elle méritait son surnom de "Queen B" ou de Reine de la Pop. Dans la nuit de dimanche à lundi, la chanteuse américaine a raflé sept prix sur les 14 qui étaient en jeu à la cérémonie des MTV Video Music Awards, qui récompensent les meilleurs clips musicaux, dont celui de la meilleure réalisation et de la vidéo de l'année, pour son clip "Formation". Un triomphe accompagné d'une performance scénique impressionnante, pendant plus de dix minutes.

Pourquoi cette victoire est-elle importante aux Etats-Unis ?

Parce que ce clip de Beyoncé est le plus engagé que la chanteuse a jamais produit. Sortie en février dernier, cette vidéo de près de cinq minutes est truffée de références à la culture noire américaine : il y est fait référence à l'esclavage, dans un décor de maison bourgeoise de la Nouvelle-Orléans ; à Martin Luther King ; et surtout aux bavures policières contre des jeunes noirs aux États-Unis. Le clip montre aussi l'inscription "Stop shooting us" ("Arrêtez de nous tuer") sur un mur.

Ajoutez à cela les paroles de la chanson Formation : "Mon père vient d'Alabama, ma mère de Louisiane. Mélangez ce nègre et cette créole, vous avez une bombe texane (...). J'ai beau avoir gagné tout cet argent, ils ne m'arracheront jamais de mes racines."

Qui sont les autres chanteurs engagés pour la même cause ?

Ils sont nombreux à suivre cet engagement. Outre Beyoncé, les chanteuses Rihanna, Alicia Keys ou encore Pharell Williams ou Lenny Kravitz ont pris position contre les violences policières aux États-Unis. Dans une vidéo intitulée "23 façons d'être tué si vous êtes noir aux États-Unis", ces artistes énumèrent les motifs qui ont conduit aux homicides de noirs américains par des policiers : Sandra Bland qui a "oublié de signaler un changement de voie sur la route", Altone Steling "vendait des CD dans un supermarché", etc.

Des artistes blancs ont également pris part à la réalisation de cette vidéo, comme la rappeuse Pink, ou le chanteur de Maroon 5 Adam Levine.

Le mouvement dépasse-t-il le monde de la musique ?

Oui, et il porte le nom de "Black Lives Matter" (les vies des noirs comptent, en français). Ce mouvement d'engagement contre les violences policières sur les noirs d'Amérique se retrouve par exemple dans le monde du sport. Début juillet, la mort de deux Afro-Américains, Philando Castile et Alton Sterling, a poussé la basketteuse Tina Charles à porter, avec son équipe, un T-Shirt noir portant le hashtag #BlackLivesMatter, en lieu et place du maillot de basket réglementaire. "Des vies de Noirs sont en danger tous les jours", explique une autre joueuse de basket, Brittney Griner. Plusieurs équipes de basket ont suivi le mouvement.