PRIX PHILIPPE CALONI 2015

Léa Salamé,lauréate du Prix Philippe Caloni 2015, Prix de l’intervieweur de l’année.

Le jury, présidé par Jean-Noël Jeanneney, composé de Jean-Michel Aphatie, Lise Blanchet, Jean-Jacques Bourdin, Pierre Bouteiller, Edouard-Vincent Caloni, Thierry Demaizière, Nicolas Demorand, Jacques Esnous, Anne-Sophie Lapix, Emmanuel Laurentin, Emmanuel Moreau, Dominique Souchier, Frédéric Taddeï et Marc Voinchet, __

a attribué le Prix Philippe Caloni 2015 àLéa Salamé

Cette récompense lui sera remise ce mardi 24 novembre à la Scam.

Pour la neuvième édition du Prix, le Jury a tenu à distinguer Léa Salamé pour ses qualités d’intervieweurdans L’invité de 7h50 , qu’elle produit et présente du lundi au vendredi dans le 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter, depuis plus d’une saison.

En rejoignant à la rentrée 2014 la matinale de France Inter, Léa Salamé a révélé une nouvelle facette de son talent journalistique dans un exercice inédit pour elle : l’art de l’entretien, lors d’une interview quotidienne en direct, de 7 à 9 minutes. Nouvelle voix de la matinale de France Inter, elle a installé L’invité de 7h50, comme l’une des interviews les plus écoutées de France.

Par la maîtrise des dossiers, un style direct et une curiosité inégalée, Léa Salamé interroge avec acuité les personnalités françaises ou internationales, issues du monde politique, économique, social et culturel. Avec déjà plus de 200 entretiens menés sur France Inter, elle s’affirme comme une remarquable intervieweuse dans le paysage radiophonique et télévisuel français.

" En une saison, son entretien du 7h50 a devancé tous les concurrents. Rapide, tenace, efficace, Léa sait aussi surprendre, séduire, dérouter. Elle est à l'antenne comme elle est dans la vie, fonceuse, inquiète, fantasque, bosseuse. Une vraie et très grande journaliste ", se félicite Laurence Bloch, directrice de France Inter.

Par sa solide culture éclectique, sa ténacité dans l’art du questionnement, sa capacité à rebondir et à multiplier les angles, Léa Salamé se révèle dans la maîtrise de cet art délicat qu’est l’interview. C’est ce que le Jury du Prix Philippe Caloni a tenu à récompenser. Par son sang-froid et son élégance, elle s’inscrit naturellement dans le style « Philippe Caloni ».

A propos du Prix Philippe Caloni

Le Prix Philippe Caloni est l’unique distinction récompensant l’interview en France. Créé en 2007 par sa famille et ses amis professionnels, avec le soutien de la Société civile des auteurs multimedia, le Prix Philippe Caloni a déjà distingué Frédéric Taddeï (2007), Emmanuel Laurentin (2008), Nicolas Demorand (2009), Jean-Jacques Bourdin (2010), Jean-Michel Aphatie (2011), Anne-Sophie Lapix (2012), Marc Voinchet (2013), Thierry Demaizière (2014).

L’interview est une forme de journalisme à part entière, ainsi que le rappelleFrédéric Taddeï, 1er lauréat du Prix et membre du Jury : "Je suis d'autant plus fier d'avoir été le premier lauréat du Prix Philippe Caloni en 2007 que, bien avant de la pratiquer moi-même, j'ai toujours trouvé que l'interview était une forme de journalisme bien particulière. Elle demande un savoir-faire qui lui est propre, souvent très personnel, un certain sens de la mise en scène, et donne des résultats d'une nature tout à fait différente du reste de la production journalistique, que ce soit l'enquête, la critique ou le reportage. Or, il existait le prix Albert Londres, le prix Pulitzer, l'Oscar ou le César du meilleur documentaire, mais aucun prix ne distinguait les intervieweurs. Eh bien, depuis huit ans, c'est chose faite ! "

Léa Salamé

Léa Salamé est née le 27 octobre 1979 à Beyrouth au Liban. Elle est la fille du politologue et ancien ministre libanais de la Culture Ghassan Salamé, professeur à Sciences Po Paris. Sa mère, Mary Boghossian, est d'origine arménienne. Léa quitte le Liban pour Paris avec sa famille à l'âge de 5 ans pour fuir la guerre[]. Elle est naturalisée française à 10 ans[].

Après des études de droit à Assas, puis Sciences Po Paris, elle entreprend un semestre d'études de journalisme à New-York. Elle y vivra de l’intérieur les attentats du 11 septembre 2001, au cours desquels elle sera légèrement blessée, circonstances qui entérinent définitivement son choix d’embrasser le métier de journaliste.

Tandis que son père la pousse à opter pour la presse écrite, Léa Salamé préfère la télévision, avec en ligne de mire le direct.

Elle fait ses premières armes sur LCP/Public Sénat avec Jean-Pierre Elkabbach, qui l’accueille en stage dans Paroles du Monde en 2003, avant de la propulser très vite à l’antenne. Elle y apprend à apprivoiser le média télé en peaufinant ses plateaux par un travail acharné et imprime déjà un style cathodique efficace et prometteur.

Forte de cette première expérience structurante, elle rejoint France 24 en décembre 2006, chaîne d'information internationale française en continu, alors tout juste créée. En alternance avec Antoine Cormery, elle y présente la tranche d'information du soir en direct, appelée La Soirée , de 21 heures à minuit, puis de 20 heures à minuit à partir d'octobre 2010. Elle présente aussi Une semaine aux Amériques , un magazine consacré à l'actualité américaine, notamment celle des États-Unis. Cette seconde expérience demeure un souvenir inoubliable pour la jeune journaliste, une période bénie où elle s’épanouit à la fois en participant à la création d’une chaîne, et en évoluant dans la pratique de son métier au sein d’une rédaction riche de 27 nationalités. Elle ne tardera pas à s’y faire remarquer par sa maîtrise des dossiers de politique étrangère et sa personnalité face aux caméras.

En janvier 2011, elle quitte France 24 pour rejoindre i-TELE. Elle présente l'émission Élysée 2012 (du lundi au vendredi à 21 h 15) avec Michel Dumoret, chef du service politique, dans la perspective de l'élection présidentielle française. En septembre 2011, elle reprend la présentation de la tranche entre 17 et 20 h avec Marc Fauvelle. Dès la rentrée 2012, elle anime, du lundi au jeudi de 21 h15 à 22 h, l'émission de débat On ne va pas se mentir , où quatre personnalités discutent avec fougue de l'actualité du jour. A partir de septembre 2013, toujours sur I-Télé, elle arbitre avec fermeté, chaque vendredi soir, l'émission de débat parfois houleux Ca se dispute confrontant Eric Zemmour et Nicolas Domenach jusqu’à l’été 2014. Son aisance à l’antenne lui vaut d’être élue, par le magazine GQ, Femme de l’année 2014 pour son talent journalistique.

A la rentrée 2014, elle accepte la proposition de Laurence Bloch de relever le double défi de s’essayer au média radio et de mener l’interview de 7 h 50 sur France Inter , dans la matinale de Patrick Cohen. Encore une fois le succès est au rendez-vous, au-delà de ses attentes, confirmant le large spectre de son talent de journaliste.

Repérée préalablement par la productrice Catherine Barma pour l’émission On n'est pas couché sur France 2 , elle quitte i-TELE pour succéder en septembre 2014 à Natacha Polony, ]dans le duo de chroniqueurs formé avec Aymeric Caron, puis avec Yann Moix depuis septembre 2015.

Catherine Barma ne tarit pas d’éloges sur sa nouvelle recrue : « Une belle personne. Un esprit vif, une attention de tous les instants, une curiosité jamais satisfaite. La journaliste de référence, à la connaissance sans faille de ses dossiers. Des questions posées sans détour et reposées quand elles restent sans réponse. Une présence radieuse et intelligente. L’œil qui brille, le sens de l’autodérision. Beyrouth, New York, Paris, un riche passé qui nourrit son présent. »

Contact presse Prix Philippe Caloni: Christine : 06 08 25 67 76 / Pascale : 06 30 73 87 11

NOUVEAU !Suivez le Prix Philippe Caloni sur les Réseaux Sociaux :

  • FACEBOOK

https://www.facebook.com/prix.philippecaloni/

  • TWITTER

  • GOOGLE+

https://plus.google.com/u/0/b/109662627158577065550/109662627158577065550/posts

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.