C’est la notation telle qu’elle existe qui devrait compter pour le contrôle continu.
C’est la notation telle qu’elle existe qui devrait compter pour le contrôle continu. © MaxPPP

Les nouveaux programmes scolaires proposent que la dictée, le calcul mental et la lecture à voix haute quotidiens soient obligatoires. L'abandon de la note 0 est, pour l'instant, enterré.

A peine dévoilés, les nouveaux programmes scolaires prêtaient déjà largement le flanc au scepticisme général. La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en en annonçant les grandes lignes, a ainsi tenu à rassurer.

Une échelle de notation comprise entre 1 et 4

D’abord en démentant fermement vouloir abandonner la note 0, qui est finalement maintenue, au moins pour l'instant. Est mis en place, parallèlement à la notation classique sur 20, une notation 1 et 4. Cette échelle d'évaluation indiquera si la maîtrise de ces compétences est insuffisante, suffisante, bonne ou excellente --avec une notation de 1 à 4--, ce qui servira "à éclairer les parents" sur la situation de leur enfant. C’est cependant la notation telle qu’elle existe qui devrait compter pour le contrôle continu.

De nombreuses recherches "démontrent l'impact des exercices fréquents pour fixer les fondamentaux, qui consolident les savoirs les plus simples avant de développer les plus complexes

Par ailleurs, au menu des nouveaux programmes, dictée, calcul mental et lecture à voix haute quotidiens obligatoires à l’école élémentaire, dès le CP. Dans une tribune publiée dans les colonnes du Monde, la ministre explique ainsi que de nombreuses recherches "démontrent l'impact des exercices fréquents pour fixer les fondamentaux, qui consolident les savoirs les plus simples avant de développer les plus complexes".

Toutes les grandes périodes de l'histoire de France seront étudiées

Revenant sur les nouveaux programmes d'histoire, dont la première mouture dévoilée au printemps avait suscité de vives polémiques, elle a confirmé que la distinction entre les périodes obligatoires et facultatives avait été "effacée" dans la nouvelle version. Toutes les grandes périodes de l'histoire de France seront étudiées, avec la possibilité laissée aux enseignants de "choisir leurs exemples".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.