Selon les premiers résultats, le parti conservateur de Theresa May a perdu sa majorité absolue au Parlement, à l'issue des élections législatives anticipées en Grande-Bretagne.

Theresa May pensait renforcer sa majorité conservatrice en provoquant des élections anticipées, mais perd finalement son pari
Theresa May pensait renforcer sa majorité conservatrice en provoquant des élections anticipées, mais perd finalement son pari © Reuters / Toby Melville

A l'issue des législatives qui ont eu lieu en Grande-Bretagne jeudi, les conservateurs sont en tête du scrutin mais ont perdu une douzaine de sièges, selon les décomptes établis dans 650 circonscriptions.

Élections générales au Royaume-Uni : Theresa May perd la majorité absolue
Élections générales au Royaume-Uni : Theresa May perd la majorité absolue © Visactu / Visactu

►LIRE AUSSI | Législatives en Grande-Bretagne : "Theresa May a révélé toutes ses faiblesses dans cette campagne"

Si les Conservateurs restent en tête des élections, ils perdent 12 sièges à la Chambre des communes et la majorité absolue, avec 318 sièges contre 330 auparavant. Le parti travailliste gagne lui 29 sièges avec un total de 261 sièges. Le pari est donc perdu pour Theresa May, tandis que les travaillistes emmenés par Jérémy Corbyn renforcent leur position.

► ÉCOUTER | "Theresa May est apparue hésitante pendant toute la campagne" : les explications, à Londres, d'Antoine Gigniaux

Theresa May poussée à démissionner

Theresa May, qui disposait d'une majorité de 17 sièges dans le Parlement sortant, espérait avoir les coudées franches pour négocier un Brexit "dur" avec les 27 à partir du 19 juin, un an après le référendum pour la sortie de l'Union européenne

Mais les travaillistes de Jeremy Corbyn, tenant de l'aile gauche et qui a mené une campagne jugée réussie, ont contrarié ces plans. Largement réélu dans sa circonscription d'Islington, au nord de Londres, ce dernier a immédiatement appelé Theresa May à la démission :

Elle a perdu des sièges conservateurs, perdu des voix, perdu le soutien et la confiance. C'est assez pour qu'elle parte et laisse la place à un gouvernement vraiment représentatif

Au sein même des Tories, l'ancienne ministre Anna Soubry a estimé que la Première ministre devait envisager une démission, soulignant qu'elle se trouve "dans une situation très difficile".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.