Les dirigeants de l'Union européenne ont acté dans la nuit une feuille de route pour le renforcement de leur intégration jusqu'aux élections européennes de 2014, après quoi ils pourraient être amenés à réviser les traités européens.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se sont notamment accordés sur le principe de mécanismes uniques de résolution des crises bancaires et de garanties des dépôts, qui compléteront le mécanisme de supervision.

Le premier verra le jour fin 2013 et le second début 2014, a précisé François Hollande. Les dirigeants européens ont notamment acté le principe de contrats de compétitivité et de croissance entre les Etats et les institutions de l'Union européenne, a déclaré le président français.

Ces contrats auront pour objectif de "coordonner et conjuguer les efforts" des pays de l'UE en faveur de la compétitivité, de la croissance et de l'emploi, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

Des pas en avant

Globalement les dirigeants européens peuvent quitter ce sommet satisfaits. En plus de ces dernières décisions, ils se sont aussi mis d'accord sur l'aide à la Grèce et la supervision bancaire.

Compte-rendu de Bertrand Gallicher :

Bref ce sommet clôt dans un climat apaisé une année de vraie crise à l'échelle européenne. La bouée de sauvetage pour la Grèce constituant une note d'espoir, même s'il reste beaucoup à faire pour les partisans d'une union économique et monétaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.