CAMBRIDGE, Angleterre (Reuters) - L'université de Cambridge a célébré dimanche le 70e anniversaire de son membre le plus éminent, le physicien Stephen Hawking, qui, trop souffrant, n'a cependant pu assister aux festivités.

Auteur en 1988 du best-seller "Une brève histoire du temps", Hawking doit sa réputation de physicien le plus brillant depuis Albert Einstein à ses travaux sur les théories du temps et de la relativité, mais aussi à ses talents de vulgarisateur.

"Il est merveilleux de célébrer le 70e anniversaire de Stephen. C'est l'occasion de le remercier pour les nombreuses lumières dont il nous a éclairé sur l'univers et pour la source d'inspiration qu'il représente pour des millions de personnes, en ayant tant accompli face à une telle adversité.

Stephen Hawking a appris en 1963, alors qu'il était un jeune doctorant de 21 ans à Cambridge, qu'il souffrait de sclérose latérale amyotrophique, une grave maladie neurodégénérative. Les médecins lui donnaient alors au mieux deux ans à vivre.

Presque totalement paralysé, Stephen Hawking se déplace dans un fauteuil roulant spécial et s'exprime via un synthétiseur vocal.

Il devait initialement prendre la parole dimanche soir, mais le vice-chancelier de l'université de Cambridge, Leszek Borysiewicz, a indiqué qu'il n'était pas encore totalement remis d'un séjour à l'hôpital en début d'année.

Hawking avait choisi d'intituler son discours "Une brève histoire de moi-même". Une porte-parole de l'université a indiqué que le discours serait bien lu et que le légendaire scientifique suivrait la retransmission de la cérémonie de son domicile.

Stephen Hawking est l'actuel directeur de recherche du département de mathématiques appliquées et de physique théorique à Cambridge.

Il a également fondé le Centre de cosmologie théorique de l'université et n'a quitté que récemment la chaire de mathématiques jadis occupée par Isaac Newton.

Mais malgré la complexité de son champ de recherche, Stephen Hawking a su devenir une figure populaire et appréciée du grand public, notamment en apparaissant à plusieurs reprises dans la série "Les Simpsons". Des extraits audios de sa voix figurent également sur l'album de Pink Floyd "Division Bell".

Kate Kelland; Gregory Schwartz pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.