Au-delà de la responsabilité des parents, condamnés à 30 ans de réclusion hier, le procès a mis en évidence les carences de la protection infantile. Et les associations de défense de l’enfance maltraitée ne comptent pas en rester là. Corinne Audouin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.