Les survivants dans les régions inaccessibles sont évacués en hélicoptère.
Les survivants dans les régions inaccessibles sont évacués en hélicoptère. © MaxPPP / DIEGO AZUBEL

TÉMOIGNAGE – Une semaine après le séisme au Népal, les sauveteurs ont découvert les corps de 54 personnes dont ceux de 6 touristes. Ce dimanche 135 français manquent toujours à l'appel. Un calvaire pour leurs proches. La fille d'une disparue nous raconte.

Le terrible tremblement de terre qui a secoué le Népal le 27 avril dernier, a fait plus de 6 600 morts et 14 000 blessés. Une semaine après, un millier de ressortissants européens sont toujours introuvables. La plupart sont des randonneurs, localisés pour la dernière fois dans les zones montagneuses de l’Everest ou du Langtang. Des secteurs devenus très difficiles d’accès. Toutes les infrastructures sont détruites.

Six membres ou proches de la famille Dutrève sont introuvables

Parmi ces 1 000 européens, le ministère des affaires étrangères comptent ce samedi 135 français, dont une famille de randonneurs, 6 personnes habituées de la haute montagne qui n’ont plus donné de nouvelles depuis des jours. Mais Laurence Dubouloz, la fille d’une des randonneuses, ne perd pas espoir. La région où le séisme les a surpris est totalement inaccessible, totalement dévastée, "mais il y a eu des rescapés et il y en aura peut-être encore donc il faut continuer, il ne faut pas seulement survoler la zone, il faut poser des sauveteurs pour aller les chercher", demande cette proche de victimes.

L’agence de voyage a affrété un hélicoptère

Mais pour l’instant, les secours ne font que passer dans le ciel. L’agence de voyage népalaise avec laquelle les français sont partis a même affrété elle-même un hélicoptère avant que l’appareil envoyé par les assurances des touristes ne prenne le relais, en vain pour l’instant. "Je parler au nom de tous ceux qui sont dans l’attente, continue la proche des disparus, les rescapés, les français qui rentrent de là-bas doivent témoigner, dire s’ils les ont vu et où surtout pour qu’on puisse les localiser et pas seulement sur le papier."

Un rassemblement à Paris pour soutenir les familles des victimes en France

L’attente est insoutenable pour Laurence Dubouloz et pour tous les autres proches de victimes, de disparus. Pour les soutenir justement, un rassemblement est prévu au Trocadéro à Paris ce samedi après-midi. Un peu de réconfort alors que les français restés ici se battent avec la cellule de crise pour essayer d’avoir des nouvelles fraîches. "La cellule est totalement incompétente, déplore la fille de la randonneuse disparue. Lundi, ma mère était vivante et en bonne santé. Deux heures plus tard, en fait, on n’avait aucune nouvelle du groupe. Ça ne fait que changer, on nous malmène psychologiquement…" Depuis, la fiche d’information du groupe de français, a été perdue, elle aussi.

Béatrice Dugué a réussi à contacter la fille d’une française toujours introuvable.

Ecoutez son reportage >

1'18

Le reportage de Béatrice Dugué avec une proche de plusieurs disparus français.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.