Des chercheurs américains apportent une hypothèse inédite pour expliquer la disparition des derniers mammouths d’Amérique : le manque d’eau douce.

Au parc préhistorique de Tarascon-sur-Ariège
Au parc préhistorique de Tarascon-sur-Ariège © AFP / PATRICE THEBAULT / ONLY FRANCE

L'ile Saint-Paul au large de l'Alaska, dans la mer de Bering, est connue pour avoir hébergé les derniers mammouths du continent américain. Il n' y avait alors aucune population pour les chasser, et pourtant ils ont disparu définitivement il y a près de 5.600 ans. Des chercheurs américains apportent aujourd'hui une hypothèse insolite: les animaux seraient morts de soif.

Survivre sur un terriroire pas plus gros qu'un confetti

Ces mammouths laineux (comme Manny dans l'Age de glace) étaient encore vivants sur terre il y a un peu plus de 4.000 ans. Ils ont survécu sur deux iles au climat polaire: l'ile Wrangel au large de la Sibérie et l'ile Saint-Paul, au large de l'Alaska.Ces animaux avaient déjà beaucoup rapetissé, justement parce que leur territoire s'était limité : Saint-Paul fait 100 km2 (un confetti) et alors qu'elle était rattachée à l'Amérique, elle est devenue une ile lorsque le niveau des mers est monté, à l’occasion du réchauffement survenu il y a 14.000 ans.

Moins de diversité génétique

Moins de nourriture, une éruption volcanique? Moins de diversité génétique expliquerait peut-être aussi la disparition définitive de ces mammouths ? Ils n'ont en tous cas pas été victimes de la chasse, puisque Saint-Paul est restée inhabitée qu'au XVIIIe siècle…Aucune de ces théories n'a totalement convaincu l'équipe de chercheurs, qui a finalement fait des prélèvements du sol pour remonter le temps. Elle a alors découvert que les points d'eau douce de l'ile, les lacs notamment, se sont raréfiés. Plus exactement, leur profondeur a diminué : l'eau s'est évaporée et s'est aussi salinisé. Conséquence: face à l'aridité du sol, et au manque d'eau douce, les mammouths n'auraient tout simplement pas survécu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.